Selon Alexandre Dumas « le vin est la partie intellectuelle d’un repas ». Tradition française oblige, le bon vin fait partie de notre patrimoine gastronomique, tout comme la bonne chère et les fromages. Les amateurs de vin vous diront qu’un bon repas sans vin cela n’existe pas. Alors, comment choisir judicieusement le vin qui sublimera votre plat et surtout comment éviter de grossières erreurs qui pourraient anéantir vos efforts de cordon-bleu ? Suivez le guide !

Vin rosé, rouge et blanc
Crédit photo : verca/fotolia

En préambule il est bon de rappeler que tout abus d’alcool est préjudiciable à la santé et que la modération est de mise. De même l’alcool est fortement déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes suivant un traitement médicamenteux et bien évidemment interdit aux mineurs.

La règle fondamentale dans les accords vins et plats

Cet accord est basé sur une subtile harmonie qui doit respecter un certain équilibre. Pour être plus pragmatique, vin ou plat ne doit pas prendre l’ascendant sur l’autre. Ainsi l’intensité des mets doit-elle aller de pair avec l’intensité du vin. Le mariage vin et plat est une affaire de goût, il y a cependant des erreurs à ne pas commettre. L’audace peut se révéler pertinente et des accords a priori surprenants peuvent se solder par une réussite éclatante !

Suggestions d’accords

Il existe diverses manières de classer les vins : par indication géographique, par millésime, selon les directives européennes… Comme il n’est pas toujours évident de s’y retrouver, la classification retenue ici pour les accords mets, vins est relativement simple à appréhender : effervescent, blanc vif, blanc corsé, rosé, rouge léger, rouge onctueux, rouge tannique, doux.

Comment réussir les accords mets et vins ?
Crédit photo : Pavel Timofeev/fotolia
  • Crustacés, fruits de mer : vin effervescent ou blanc vif / envie de contrastes : un vin rouge léger, faiblement acidulé
  • Entrées : vin effervescent, blanc vif, blanc corsé, rosé, rouge léger,
  • Poissons : blanc vif, blanc corsé, rosé, rouge léger / envie de contrastes : un vin moelleux, sucré peut faire des merveilles surtout si vous servez des fruits cuits en accompagnement.
  • Viandes blanches : blanc corsé, rosé, rouge léger, rouge onctueux,
  • Viandes rouges : rouge léger, rouge onctueux, rouge tannique / envie de contrastes : si vous servez votre viande avec de la crème vous pouvez oser un vin blanc minéral.
  • Gibier : pour le gibier à plumes un blanc charpenté et le gibier à poil avec un rouge onctueux, ou un rouge tannique.
  • Pour accompagner des plats exotiques, pimentés, épicés, les vins rouges sont rarement de mise. Rosés et vins blancs secs seront de circonstances.
  • Desserts : avec les fruits, les vins effervescents, secs, demi-secs, rosés s’harmonisent parfaitement. Un vin doux naturel, un vin muté ou encore un vin liquoreux s’accorderont à ravir avec des fruits cuits en tarte, crumble, clafoutis… Lorsqu’ils sont associés à des mets sucrés, les vins blancs durcissent et les vins rouges deviennent rapidement astringents.

Choisir son vin selon les saveurs qui façonnent notre goût

Certains mets ou produits ont une saveur assez forte et il est plus malaisé de trouver le bon breuvage.
Une saveur acide peut détruire l’harmonie des vins. Optez pour des vins rosés, blancs, légers, jeunes.
Une saveur amère assèche les vins et peut les durcir. Un vin blanc moelleux permettra de sublimer des légumes au goût prononcé (artichauts, épinards, endives…).
Une saveur salée trouvera son bonheur avec un vin rouge ou blanc, mais jeune, dont la fraîcheur et l’acidité équilibreront l’ensemble.
Une saveur sucrée s’accordera parfaitement avec un vin moelleux fruité ou même un vin muté, qui respecteront tous deux, un certain équilibre des saveurs en bouche.

Choisir un vin par plat permet de réaliser des accords beaucoup plus harmonieux et réussis, mais cela suppose également un budget beaucoup plus conséquent.

Mention spéciale à deux convives de choix : champagne et pommes de terre

  • Le champagne est le seul vin à pouvoir accompagner tous les plats, de l’entrée jusqu’au dessert. Une restriction d’importance tout de même : tout le repas doit être servi au champagne.
  • La pomme de terre : tous les vins se marient avec le trésor de Monsieur Parmentier. Choisissez donc votre nectar selon la viande ou le poisson ou encore les légumes également servis.

Tout est une question de goût et de nuance, car comme le soulignait le poète et dramaturge Paul Claudel « En matière de vin il faut savoir faire passer le plaisir avant le prestige ». C’est désormais à vous de jouer, vous avez toutes les cartes en main pour être un(e) sommelier(e) hors pair !

Article publié par