Ôdélices Plus de 4900 recettes de cuisine

Châtaigne (ou le Marron)

Les recettes aux marrons

Prenez le temps de ramasser quelques châtaignes au cours d’une ballade dans les bois. Et dégustez-les grillées au coin du feu… Que se soit fraîche, en conserve ou en farine, la châtaigne parfume les plats à merveille !

Apport nutritif : vitamines B, B1, B6, B12 et C. Riche en amidon et sels minéraux
Apport énergétique : 200 Kcalories aux 100 g
Saison idéale : novembre, décembre

Son origine

Fruit comestible après cuisson, la châtaigne ressemble à un petit hérisson. Sa bogue épineuse contient généralement trois châtaignes. On les cueille dès l’automne au pied des châtaigniers dans les forets du sud de la France et en Ardèche. Fruit du châtaignier, qui, sauvage, sert de porte-greffe au marronnier, rendant ainsi les fruits comestibles. Deux sortes de fruits existent, semblables par leur bogue épineuse. L’une renferme trois châtaignes, cloisonnées par des membranes, l’autre un marron. La châtaigne est légèrement aplatie, le marron est bien rond et un peu plus gros (il est réservé à la préparation des marrons glacés). L’un et l’autre ne sont comestibles qu’après cuisson. Les châtaignes ont joué pendant très longtemps un rôle essentiel dans l’alimentation en Sardaigne (Italie), en Corse et dans le Massif central.

Les châtaigniers sont des arbres originaires du bassin méditerranéen de l’Asie mineure. Dès le II siècle avant notre ère, les châtaignes font leur apparition en Europe. Ses qualités nutritives lui permettent de devenir la base de l’alimentation de nombreux peuple du Sud de la France, en Corse et en Afrique du nord. La châtaigne reste la nourriture des pauvres. En Corse, on faisait des bouillies semblables à la polenta avec de la farine de châtaigne. Aujourd’hui, associée à la gastronomie ardéchoise, la culture de la châtaigne est un vrai métier. Offrant des rendements nettement plus intéressant que les céréales traditionnelles, la production de châtaigne a connu un véritable essor jusqu’à la fin du XIXème siècle. Le département de l’Ardèche demeure un des plus importants producteurs nationaux. On ne présente plus leurs spécialités locales tels les marrons glacés (apparu au cours du XVI ème siècle), crème de marron et liqueurs.

Bien la choisir

Les châtaignes et les marrons viennent surtout de l’Ardèche, de la Dordogne, de la Lozère, de Corse, d’Espagne et d’Italie. On les trouve frais sur les marchés à partir d’octobre et jusqu’en février. À l’achat, ils doivent être bien brillants et lourds.
Ils se gardent une semaine au sec et au frais. Au-delà, il vaut mieux les congeler, une fois cuits et épluchés.
On trouve également des marrons étuvés en bocaux, surgelés ou sous vide. Il existe aussi de la farine de châtaigne, de la purée de marron en boîtes, de la crème de marron sucrée et de la confiture de marron, pour la plupart fabriquées avec des châtaignes.

Bien la cuisiner

Les châtaignes se dégustent en hiver grillées puis épluchées. Les marrons entiers ou en purée servent de garniture dans de nombreuses recettes de viandes et de gibier, surtout régionales. Ils sont un accompagnement classique de la dinde de Noël. La crème de marron intervient dans différents desserts et pâtisseries. Les marrons glacés sont une confiserie réputée.
Pour pelez les châtaignes, il faut enlever l’écorce et la mince pellicule brune amère qui les recouvre. Opération longue et délicate qui demande patience et application. Voici quelques astuces qui vous permettront de réaliser cette tâche au mieux. Il faut savoir que les châtaignes s’épluchent plus facilement lorsqu’elles sont cuites et encore chaudes. On peut aussi percer un trou dans chaque châtaigne pour ensuite les faire griller jusqu’à ce qu’elles éclatent. On laisse refroidir puis on épluche. Enfin on peut faire bouillir les châtaignes dans l’eau après avoir incisé la peau. On les épluche lorsqu’elles sont encore chaudes.

Petits plus

Les châtaignes grillées peuvent être indigestes quand elles ne sont pas assez cuites. Ce fruit, très calorique et constitué d’amidon, est particulièrement riche en folates.

Soyez prudent, les marrons dindes que vous trouvez dans votre jardin sont très toxiques !

Source : Christelle Laney de CuisineTV et Le Grand Larousse de la Cuisine

Par

Voir les recettes

Suivez-moi sur Facebook

Pour suivre mes dernières recettes ajoutées, les sélections du moment et les jeux concours, suivez ma page facebook « Recettes faciles Odelices« .